Archives de Tag: Montpellier

[Portrait] Véronique Rondello, animatrice sur Rayman.

Certaines informations n’ont pas pu être dans L’Histoire de Rayman pour diverses raisons : impossibilité de mettre la main sur les bonnes personnes, timing trop serré, etc. Quand on reçoit une réponse d’interview six mois après sa demande, ça devient compliqué de l’intégrer au livre, surtout lorsque la maquette est bouclée… Toujours est-il que j’ai décidé de reprendre ces matériaux bruts jusque-là inutilisés et d’en faire un petit quelque chose. Ouvrons le bal avec un petit portrait de Véronique Rondello, animatrice sur Rayman premier du nom.

1662610_749848735028123_228754241_n

 

En venir à l’animation

Depuis sa plus tendre enfance, Véronique Rondello veut faire du dessin animé. « À l’époque, il n’y avait pas d’école d’animation et surtout pas à Marseille », se rappelle l’intéressée. Après ses études, elle se lance dans une formation de secrétariat de direction, en attendant que le destin lui montre la voie. Elle finit par quitter le domaine du secrétariat pour tenter sa chance. « J’ai suivi une formation en tant qu’intervalliste au Greta Ardèche Sud, puis j’ai passé le concours du CFT Gobelin », une école parisienne dédiée à l’image.

LOGO_GOBELINS

Premiers pas chez Ubi

Après deux années de scolarité, il se trouve que la société Ubi Soft (alors écrite en deux mots) cherche des animateurs pour travailler sur un projet PC destiné à un jeune public : Kiyeko et les Voleurs de Nuit. « Je devais réaliser des dessins sur papier, les scanner puis coloriser le tout sur ordinateur », se remémore madame Rondello.

Featured image

Il faut préciser qu’à cette période, le Gobelin ne préparait pas les étudiants à travailler sur ordinateur. « J’étais la seule à me lancer là-dedans, tout le monde cherchant à travailler dans des studios traditionnels. »

Son deuxième projet pour le compte de la boîte des frères Guillemot fut Payuta, du nom d’un petit esquimo.

L’aventure Rayman

Le troisième jeu sur lequel Véronique Rondello a l’opportunité de travailler n’est autre que la création phare de Michel Ancel et Frédéric Houde : Rayman. Sans avoir de formation préalable en illustration, elle fait partie de l’équipe d’animateurs. « Je travaillais sur PC avec un logiciel amélioré d’Ubisoft. Le personnage de Rayman était constitué de différents blocs (tête, mains, pieds, corps, et je devais les assembler afin de créer l’illusion du mouvement. »

Rayman

Elle poursuit. « J’avais suivi les conseils d’un informaticien durant une semaine pour maîtriser le logiciel et ses fonctions (Ctrl, Alt, etc.). C’était le gage pour une embauche au projet et je me suis donné à fond. Depuis cette époque, le Gobelin a su s’adapter à l’évolution de l’animation en intégrant la 3D, par exemple. »

N’étant pas sur Montpellier, l’animatrice n’a pu travailler qu’avec Michel Ancel que lors de ses passages dans les locaux parisiens, notamment pour évoquer les différents personnages qui, petit à petit, venaient étoffer le projet. « L’ambiance était merveilleuse », conclut-elle d’un ton nostalgique.

200px-R1_site_Rayman

Après son court passage chez Ubisoft, Véronique Rondello continua dans la voie du dessin et créa notamment les livres pour enfants Lapinette et Lapinou.

OK.Lapinette-et-Lapinou-vero

Publicités
Tagué , , , , , , , ,

[Portrait] Mr. Garcin : les colles des fans.

Avril 2009 : mon premier voyage au Japon. Avec sieur Florent Gorges pour guide, une bonne quinzaine de loustics et moi-même découvrons Ôsaka, Kyôtô et la capitale nippone. Des paysages plein la tête et des rencontres passionnantes, dont le collègue et ami Boulapoire de Gamekult, Nyvek, un gros collectionneur Zelda dont je vous parlais ici, mais aussi monsieur X (anonymat oblige), un passionné de comics, entre autres. Désormais connu sous le pseudonyme de Mr. Garcin, le Montpelliérain s’est fait remarquer auprès de Marvel avec ses collages de super-héros. Retour sur un parcours atypique.

10013903_10152310738264700_1330113826_n

De monsieur Garcin à Mr. Garcin

Les bandes-dessinées font partie des premières choses qui marquent l’enfance de monsieur Garcin. S’il apprécie des classiques de l’école franco-belge tels que Boule & Bill, Lucky Luke, Astérix ou Gaston Lagaffe, ce sont surtout les histoires du Professeur Xavier, de Tony Stark et Peter Parker qui le fascinent.

Très jeune, j’ai aimé découper des magazines de jeux vidéo afin d’en extraire mes jeux favoris ou bien des magazines de cinéma pour réaliser les jaquettes de mes VHS enregistrées. J’étais déjà très à l’aise avec une paire de ciseaux à la main. Je me suis aussi essayé au dessin mais après quelques années, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’étais pas vraiment doué pour ça.

Aujourd’hui, le trentenaire toujours souriant a un pseudo, Mr. Garcin, et un costume de Lucha Libre dont il ne se sépare jamais pour incarner son personnage. Un masque qu’il a porté à sa toute première exposition en 2010, lors d’une soirée déguisée.

Recadré

Divers artistes étaient invités (musiciens, poètes, DJs, etc.) et on m’a proposé d’y exposer mes tableaux. Quelques mois auparavant, mon cousin m’avait offert pour mon anniversaire un masque de catcheur mexicain nommé Black Shadow. Ce fut l’occasion parfaite pour l’utiliser. Lors de cette soirée, je fus souvent pris en photo avec mon masque devant mes tableaux et le lendemain, voyant le résultat sur Facebook, je me suis dit que ce serait vraiment dommage de ne plus l’utiliser. J’ai toujours aimé les artistes masqués comme Daft Punk et Kiss. Je trouve ça fun! Depuis, je ne le quitte plus!

Le déclic du Spider Eye

Fin 2011, Mr. Garcin réalise le Spider Eye, un collage à base de nombreux Spidey découpés qui forment l’œil de l’homme-araignée. Peu de temps après, Marvel lui envoie un mail. Non pas pour des questions de droits comme l’intéressé en a peur, mais pour lui proposer d’acheter son travail afin d’en faire la couverture du numéro 700 de Spider-Man.

Spider Eye

Cette oeuvre façon fresque restera celle dont Mr. Garcin est le plus fier, encore maintenant.

Je trouve que c’est l’un des plus réussis graphiquement. Puis grâce à lui, il m’est arrivé tellement de belles choses.

S’en suivront alors de nombreuses commandes, toutes basées sur divers super-héros : Daredevil, Iron Man, Captain America, Nova, Thor, etc.

American Star

Qu’il s’agisse de commandes ou de travaux purement personnels, l’artiste y insuffle la même passion.

Ce qui est bien avec les commandes, c’est qu’elles me font bosser sur des choses que je n’aurais pas fait de moi-même. Bien entendu, j’avoue que j’ai plus de plaisir à travailler sur une idée que j’ai eu car elle résulte d’une envie.

Un artiste qui (dé)colle

Réaliser une fresque peut lui prendre environ 200 heures de travail. Autant dire qu’il est préférable de savoir où l’on va.

Je réalise toujours un patron numériquement, que j’imprime en taille réelle afin qu’il me guide tout au long du collage. Je découpe ensuite toutes les pièces dont j’aurai besoin, puis je les colle directement sur le patron. Malgré cela, il est malheureusement impossible d’avoir une idée exacte de ce que va donner le résultat final. Il faut donc bien réfléchir en amont à l’aspect visuel du collage afin de ne pas se planter.

Mr. Garcin a désormais acquis un certain savoir-faire dans l’art fastidieux du collage, un art qui peut montrer quelques limites, ce qui ne l’inquiète pas une seconde.

Je ne m’en fait pas quant à l’évolution de mes travaux puisque j’ai pas mal d’idées derrières la tête! Par exemple, les collages que je réalisais il y a 4 ans n’ont rien à voir avec mes dernières créations. L’évolution s’est faite naturellement.

D’ailleurs, il n’omet pas la possibilité, un jour, de tenter un mélange entre la photo et le collage… Sans aucune formation des Beaux-Arts et nul en dessin comme il aime le répéter, Mr. Garcin maîtrise l’art de la débrouillardise. Et il en faut, ne serait-ce que pour dégoter la matière première nécessaire à ses nombreux collages.

Mon appartement est devenu un vrai cimetière de comics! Ils s’empilent un peu partout même si j’essaie de les trier! J’ai pu m’en procurer dès mes débuts un grand nombre grâce à un ami qui tenait une librairie d’occasion. Il avait énormément de Strange, Spidey et autre comics vintage qu’il me laissait à des prix imbattables pour m’encourager. Depuis, il s’est associé avec un autre ami qui tenait lui aussi une librairie, devenant ainsi – avec leur Librairie « Planètes Interdites » à Montpellier –  mes fournisseurs officiels.

Ayant toujours aimé chiner, Mr. Garcin va également régulièrement dans des magasins d’occasion, se rend à Emmaüs, fait des vide-greniers, etc… Il lui arrive aussi de commander sur Internet des choses bien précises, comme par exemple l’encyclopédie des Simpsons qui lui a servi à réaliser le portrait d’Homer.

Homer

S’il découpe principalement des comics des années 60, 70 et 80 (qu’il trouve graphiquement plus intéressant), Mr. Garcin s’intéresse aussi depuis peu à des œuvres plus récentes. Désormais, lorsqu’il réalise un collage sur un personnage bien précis, il aime balayer toute son histoire. Mais ce n’est pas pour autant qu’il lit beaucoup de comics, au contraire.

En fait, j’en lis très peu mais me tiens régulièrement au courant de ce qui s’y passe! Je préfère les découper ! Quant au passage des comics sur grand écran, c’est plutôt une bonne chose quand on voit des films tels que The Dark Knight, Spider Man (Sam Raimi), Sin City, Watchmen ou Les Gardiens de la Galaxie. De plus, ça a relancé l’industrie des comics, et pas qu’un peu! La seule chose que je trouve dommage, c’est que les comics sont de plus en plus violents et sombres. J’ai l’impression qu’il n’en reste que très peu qui s’adressent aux enfants.

La rencontre avec Stan Lee

Au fil du temps, les collages de Mr. Garcin lui permettent d’acquérir une certaine notoriété et donc d’être invité sur plusieurs salons dont les Comic Con de Paris, Londres et Nashville. C’est d’ailleurs dans la capitale du Tennessee qu’on lui présente Stan Lee, co-créateur de Spider-Man, Hulk, Iron Man, X-Men et tant d’autres.

With Stan Lee

J’avoue que je n’en ai pas mené large! Et encore moins quand il m’a dit « good job » ! Je suis resté bouche bée et donc, je ne lui ai pratiquement rien dit. Ça reste un moment unique!

Stan Lee!

Le Comic Con de Nashville avait organisé un concert dans un immense bar un soir avec un groupe japonais de folie : PeelanderZ. Leurs concerts sont complètement fous! Tous les membres du groupe sont déguisés et font régulièrement participer le publique! Lors de ce concert, j’ai pratiqué mon 1er slam dans une foule déchaînée! Ils m’ont également fait monter sur scène pour me faire taper sur un tambour! Parmi les meilleurs concerts que j’ai fait! Lors de ce Comic Con, alors que j’étais en train de me changer vite fait en coulisse, Bruce Campbell [le fameux acteur des films Evil Dead] est passé devant moi alors que j’étais torse nu puis s’est écrié en rigolant : Est ce que je vais voir la suite ?

Grâce aux Comic Con et aux autres festivals, Mr. Garcin a pu rencontrer de nombreux artistes, dont Adi Granov (dessinateur Marvel et designer de l’armure du film Iron Man), Manchu (créateur de l’Odysseus d’Ulysse 31), David Finch (Dessinateur de Batman,etc.), Warwick Davis (Willow)…

Prochainement, chez Mr. Garcin

Récemment, il a créé son premier collage à base de mangas avec la saga Ken le Survivant. Il compte d’ailleurs en réaliser plusieurs afin de rendre hommage à ses héros nippons préférés. On devrait également voir prochainement un collage basé sur tous les albums d’une série franco-belge culte : Astérix.

mr garcin geek art

Rappelons que l’artiste est apparu dans les pages du livre Geek-art vol.2, une anthologie d’illustrations basées sur la culture pop’ dans laquelle 6 pages lui sont consacrées.

Cette fin d’année semble riche en événements pour Mr. Garcin qui sera dans un premier temps les 8 & 9 novembre au Hero Festival à Marseille, où il vendra ses prints et animera un atelier de découpage. Plus tard dans le mois – les 22 & 23 -, il sera présent sur l’artist alley du Comic Con parisien.

couv 75 ans marvel

Et comme l’homme a de nombreux projets en cours, 2015 semble d’ores-et-déjà bien rempli puisqu’il prépare deux expositions : une pour la galerie Arludik en mars à Paris, dont les gérants sont les mêmes que ceux du Musée Artludique, et une seconde en avril à l’Hôtel ‘Pullman Palm Beach’ à Marseille. Histoire de boucler la boucle, le ‘Spidey Eye’ qui l’a fait connaître auprès de Marvel sera la couverture d’un gros livre intitulé 75 ans d’art et de couvertures Marvel, à paraître début 2015. De quoi être incollable sur le sujet…

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

L’Histoire de Rayman (éditions Pix’n Love, octobre 2014) : la revue de presse.

Dédicace(s) à venir :

Paris Games Week 2015 (sûrement le dimanche mais à confirmer peu de temps avant).

———

Voilà, c’est officiel. Hier, jour de l’anniversaire du premier Rayman aux US sur PlayStation (19 ans déjà), Pix’n Love a lancé les précommandes de L’Histoire de Rayman, mon premier livre solo chez cet éditeur pour qui j’écris depuis 2009. Afin d’avoir un suivi, j’ai donc décidé de relayer toutes les news, avis, topics liés au sujet. J’alimenterai le tout à mesure que les reviews/news tombent.

Rayman

Où l’acheter ?

Le site de Pix’n Love :

-> version collector limitée à 500 exemplaires seulement (artbook 48 pages avec des illustrations inédites de Rayman Legends ; couverture de droite, inspirée du premier Rayman) => épuisée/out of stock

pixn-love-et-ubisoft-presentent-lhistoire-de-rayman-liste-640x402

-> version normale (couverture de gauche, inspirée des Rayman récents).

Amazon.

La Fnac.

Pour les lillois, directement chez Gameswave (en boutique ou sur le site), à la Fnac et au Furet du Nord également.

Retour sur notre dédicace au TGS sur le blog Assassin’s Geek et en vidéo :

-> et en images via Rémi Gazel.

-> ainsi que l’AFJV.

Topics

Topic des éditions Pix’n Love sur Gamekult.

Topic dédié dans le forum Rayman Legends sur Jeuxvideo.com.

Topic dédié sur le forum français de RaymanPC.com.

And the english topic on the book as well.

Fiche sur Sens Critique (plus de 8/10 de moyenne).

Interviews

Sur Nintendo-master.com, le 13/11/2014.

Reviews, critiques.

Sur Jeuxvideo.fr : Un peu de lecture avec L’Histoire de Rayman.

Un pavé franc sur le blog du bouquin du gamer.

L’avis du site pointu GrosPixels.com.

Celui du site Pixelsprite.fr.

Et celui de Lightingamer.com.

Un post touchant (#émotion) sur Gamerside.fr, où l’auteur parle de son expérience de jeu/lecture avec sa petite.

Un post sur le Bilou Homebrew’s blog.

Un post sur le Tumblr d’Arklande.

Une petite review sur artbook-passion.com

Un court avis sur japan-touch.net. Pour ceux qui n’ont pas peur de relire la 4è de couverture…

Un avis sur l’artbook fourni avec la version collector, en attendant celui sur le livre.

Une critique très complète d’un lecteur et fan assidu de la série sur SensCritique, listant ce qu’il a adoré, ce qu’il regrette, les qualités, les défauts, etc.

Une review d’un lecteur anglophone sur RaymanPC.com.

News.

Rom-Game, le 21 août  puis le 2 septembre 2014.

Jeux Vidéo Magazine, numéro 164 (septembre 2014).

Le blog de Pix’n Love, le 29 août 2014.

Allgamers.fr le 1er septembre 2014.

MO5.com le 2 septembre 2014.

Fun & Zen, le 2 septembre 2014.

Digitalgames.fr, le 2 septembre 2014.

Borntogeek.fr, le 2 septembre 2014.

Joypad.fr, le 3 septembre 2014.

Post de Christophe Héral sur FB, le 3 septembre 2014.

Culture-games.com, le 3 septembre 2014.

Jeuxvideo.com, le 4 septembre 2014.

PixelSprite.fr, le 4 septembre 2014.

Artbook-passion.com, le 4 septembre 2014.

Nintendo-master.com, le 4 septembre 2014.

Cenoctet.com, le 5 septembre 2014.

Post Facebook sur la page Rayman (à 320.000 likes), le 10 septembre puis le 31 octobre 2014.

Gamongirls.com le 18 septembre 2014.

Une seconde fois Jeuxvideo.com le 29 octobre 2014.

Manga-news.com le 30 octobre 2014.

[Bonus : le fil twitter Histoire de Rayman]

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,